Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 21:50

 

 

Ce week end, la  "Maison de Muses", la galerie de Matthieu Dubuc située à Rueil Malmaison, présentait les oeuvres de Kazuko Shiihashi.

J'avais déja découvert ses oeuvres au salon "Affordable Art Fair" où  j'avais également rencontré Mr Dubuc il y a quelques années.

J'aime assez ses choix artistiques en général. Bien que de styles différents, le choix de ces artistes est cohérent ce qui permet de ne jamais être déçu quand on découvre les oeuvres.

Bien sur j'ai un faible pour l'oeuvre de Kazuko Shiihashi qui perpétue la tradition de la peinture  japonaise, dite nihonga.

 

 

Son coté contemporain s'exprime à travers ses supports froissés à la fois bruts et subtils. Ses voiles de pigments parfois scintillants sur lesquels se détachent en aplats mats les motifs floraux jouent des contrastes des couleurs et des matières.

C'est une peinture pourtant fidèle à la voie choisie par beaucoup de peintres traditionnels japonais, ode à la nature et contemplative, d'un raffinement qui  laisse filtrer cependant par moments, une puissante énergie.

 

Un énergie qui est peut être liée à la lune, omniprésente dans nombre de ses tableaux ainsi que la feuille d'or.

On sait la place qu'occupe la lune dans la mythologie japonaise. Elle fut vénérée comme une divinité dans le passé.

L'observation de la Lune pratiquée encore aujourd'hui remonte à très loin au Japon. Il s'agit d'une tradition chinoise à l'origine, appelée "otsukimi", au cours de laquelle on contemple la Lune à l'automne. Saison au cours de laquelle la lune n'est ni trop haute ni trop basse et relativement nette, grâce au faible taux d'humidité de l'air.

 

 

 

Dans la vidéo qui lui est consacrée, Kazuko dit s'inspirer de la nature lors de balades nocturnes.

 

 

 

 

 

Je me suis alors rappelé la visite nocturne d'un temple à Kyoto. Les éclairages étudiés qui donnaient aux plantes des couleurs étonnantes.

 

 

Nous étions dans ce temple, assis en tailleurs sur les tatamis, contemplant ces paysages immobiles comme des tableaux, et tout à coup un pétale de magnolia s'envola et je découvris que ce tableau était vivant.

 

 

Lors de la saison des hanamis à l'occasion de la floraison des cerisiers, on organise aussi des éclairages nocturnes qui donnent aux arbres une dimension surréelle et spectaculaire.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • : Blog qui présente mes recherches autour de la peinture japonaise, nihonga et etegami
  • Contact

Initiations au nihonga

Contenu et prochaines dates

contact:
06 09 39 07 42
Ateliers: Agora 18 Rue Aristide Briand Issy les Moulineaux

pigmentsetarts@yahoo.fr

Articles Récents

Pages