Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 12:28

Les 10 et 11 octobre prochain, je proposerai lors d'un stage de nihonga de vous faire découvrir la technique du nihonga sur bois.

J'ai découvert les oeuvres peintes sur bois lors de mon voyage au Japon en 2007.

Nous visitions alors le temple de Kotohira, situé sur l'ile de Shikoku; ce temple est connu pour être le plus ancien temple shintoiste au Japon.

Quand les peintures murales étaient au plus haut de leur popularité, des cloisons de bois et des portes étaient utilisées comme support et l’art peint devint une partie de l’architecture. Les panneaux de bois (plaques votives) appelés « ema » qui étaient offerts au temple ou aux lieux saints pendant la période Edo, sont un autre exemple de peinture sur bois. Ainsi j'ai eu envie de reproduire à quelques détails près cet aigle sur plaque votive trouvée dans le temple de Kotohira.

Nihonga sur bois

L'origine des ema semble remonter à l'époque Edo. Lorsque le théâtre kabuki atteignait des sommets de popularité, les temples recevaient des ema de l'école de peinture Torii. Cette école possédait un quasi-monopole sur la création de pancartes signalant les théâtres et les pièces de kabuki, et faisait également aux temples des donations de représentations d'acteurs de kabuki sur des planches de bois. Bien qu'elles représentent des sujets sans rapport avec la religion, ces peintures étaient bien reçues par les temples et intégrées à leur décoration.

Nihonga sur bois
Nihonga sur bois

Rieko Morita est une des rares femmes spécialiste du Nihon-ga sur panneaux de bois, et s'est vu décerner l'insigne honneur de décorer 4 panneaux du pavillon résidentiel du temple Rokuon-ji de Kyoto. Ces portes coulissantes en bois de cyprès avaient été démontées à l'occasion de son exposition à l'espace Mitsukoshi en 2009.

 

Nihonga sur bois

Personnellement j'aime travailler sur de vieux panneaux de chêne que je grise à la chaleur et dont j'ouvre les pores avec une brosse métallique. Cela nécessite cependant des panneaux d'une certaine épaisseur, car ils se voilent sous l'effet de la chaleur.

Le bois est ensuite nourri en deux ou trois couches de dosa.

On peut jouer avec les veines du bois en transparence ou choisir l'opacité.

Cependant il est nécessaire de disposer de pigments assez lumineux.

Nous ne disposons pas en France, d'essences de bois aussi intéressantes que celles trouvées au Japon, mais le chêne pour peu qu'il aie de belles ronces offre au motif peint une noblesse appréciable.

Ci-dessous sur une porte de meuble décapé chiné en Bretagne, j'ai peint une petite hermine, prenant soin de laisser apparente la ronce sur le corps de l'animal.

Le blanc du gofun se prête à merveille au jeux de transparence avec le bois.

A coté un assemblage de vieilles planches forment un support idéal pour cette interprétation d'un personnage emblêmatique des légendes japonaises.

L'hermine
L'hermine

L'hermine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • : Blog qui présente mes recherches autour de la peinture japonaise, nihonga et etegami
  • Contact

Initiations au nihonga

Contenu et prochaines dates

contact:
06 09 39 07 42
Ateliers: Agora 18 Rue Aristide Briand Issy les Moulineaux

pigmentsetarts@yahoo.fr

Pages