Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 18:40

On peut à présent acheter certains matériaux ou matériel sur des sites  de vente testés par des élèves ou moi même..

Fude / Hake: les pinceaux.
J'avais déja écrit un article
ici.

Sur le site Hi-bun, avec un compte paypal

http://www.hi-bun.jp/eng&page04.html

Vous y trouverez à des prix très abordables des

Menso pour les traits extrèmement fins (cheveux, poils de fourrure)

http://www.hi-bun.jp/eng&page04-1-me001-1200mensou.html

 

Kumadori-Fude pour les bokashi (dégradés), sont utilisés sans pigments et humidifiés pour dégrader la couleur.

http://www.hi-bun.jp/eng&page04-1-@kumadoriSML.html

Sakuyou-Fude: pour le dessin et les lignes précises.

http://www.hi-bun.jp/eng&page04-1-@sakuyoSML.html

 

Saishiki-Fude Pour la mise en couleurs

http://www.hi-bun.jp/eng&page04-1-@SaishikiSML.html

Le fabriquant de pigments Nakagawa commercialise à présent ses produits en Europe.

http://nakagawa-gofun.co.jp/english/

Vous trouverez des pigments

http://nakagawa-gofun.co.jp/product/paints/index.html

 

Shi Iwa enogu sont des pigments minéraux artificiels

Kyojyo Iwa enogu sont de nouveaux pigments minéraux garantis sans plomb

Les pigments minéraux Iwa enogu sont proposés en 10 tailles de particulesdu N°5 (le plus épais) au Byaku (extrèmement fin)

 

 

 

Suihi enogu et suihi gofun sont des pigments à base de coquillage

Tennen Tsushi enogu est un pigment à base de terres naturelles

On peut commander avec un compte paypal en adressant un mail à Mme Nakagawa.

 

Vous pouvez retrouver ici ma visite à l'entreprise de Mr Nakagawa  lors de mon voyage au Japon 2012 .

 

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 08:22

Nous avons rendu visite à Mr Nakagawa, qui nous a très généreusement proposé de visiter sa fabrique de pigments et de nous accompagner au temple Ujigami et Byodo-en, deux sanctuaires inscrits au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

281Mr Nakagawa nous a d'abord  reçu dans son bureau, dans lequel on peut découvrir sur des étagères tous les pigments qui ont fait le bonheur des peintres nihonga depuis des décénies.

Monsieur Nakagawa parle très bien l'anglais en tous cas mieux que moi.

Je lui ai expliqué que nous étions un certain nombre à rêver trouver ses pigments en France, c'est pourquoi j'ai fait la démarche de les faire connaitre à des distributeurs tels que Laverdure, ou Sennelier.

Monsieur Nakagawa s'étonne presque que des occidentaux s'intéressent à ses produits. Dernièrement il a même eu la visite d'un journal allemand! Le journal Mare. Il faut dire que Kremer, distributeur allemand des pigments Nakagawa , en fin connaisseur de la beauté et de la qualité des pigments a su faire partager ces précieux produits sans peur de la concurrence alors qu'il produit par ailleurs lui même aussi ses pigments..

Les mystères du commerce font que les distributeurs français qui revendent par exemple du gofun, préfèrent le commander à Kremer plutôt que directement à Mr Nakagawa, multipliant ainsi par 3 ou 4 le prix d'origine. Allez comprendre...

J'ai appris ainsi que les pigments que Monsieur Nakagawa fournit à l'entreprise Kremer, sont conçus spécialement pour l'exportation, et répondent aux normes de sécurité européennes, ils sont donc exempts de toxicité.

Attention donc pour ceux qui achètent leur pigments au Japon, qui n'applique pas ces normes, de bien faire attention à certains pigments en particulier le vermillon naturel.

Sur les murs de son bureau sont accrochés des petits tableaux que l'on peut trouver en kit dans le commerce. En effet, dans sa volonté d'offrir au plus grand nombre la possibilité de gouter au nihonga, Mr Nakagawa a créé des kits pour créer de petits tableaux, composés d'un motif, de pigments minéraux, de pinceaux et de supports préparés: http://www.eokaku.com/japanese/02/japanese01.html

 

 

 

 

 

Uji2.

Je reprends ci-dessous un article très complet:

http://tucsoncitizen.com/morgue2/1999/02/12/166974-now-that-s-earth-tones/

L'entreprise familiale de Mr Nakagawa a démarré il y a plus de  100 ans, avec son arrière grand père.

 

Mr Nakagawa, raconte que son arrière-grand-père a commencé à travailler  avec le gofun, le pigment blanc tiré de coquilles d'huître moulues.

Le Gofun, aussi appelé blanc de coquillage, a remplacé le  blanc dans le maquillage du visage après que l’on découvrit que le blanc de plomb était toxique.

 

Les couches poncées et polies d'une laque de gofun opaque sont ce qui donne leur surface blanche lisse, luminescente  et soyeuse aux poupées japonaises traditionnelles.

Le Gofun est aussi nutritif et peut être mangé mélangé avec des haricots blancs et du sel.

 

 

271.JPG

 

 

 

 

Après la Deuxième Guerre mondiale, le père de Mr Nakagawa a commencé à travailler avec des minéraux.

Azurite et malachite ont traditionnellement été utilisées dans la fabrication de pigments minéraux, mais Nakagawa Gofun Enogu Co. Ltd. Travaille maintenant avec 40 minéraux différents pour tirer 400 couleurs, avec des nuances basées sur la taille des grains.

La gamme de pigment Azurite s'étend d'une fine poudre de talc bleu pâle à un bleu roi brillant aux grains d’une taille 25 fois plus gros.

La société de Nakagawa, qui fait aussi des pigments synthétiques, réalise la gamme de couleur au cours d’un processus qui prend deux ans.

Un morceau de 650 livres d'azurite, par exemple, est d'abord cassé en morceaux plus petits, qui sont alors séparées par  couleur ou nuances de couleur. Le processus est répété plusieurs fois, les morceaux  de plus en  plus petits sont écrasés et séparés.

 

Une nouvelle séparation est faite par lévigation répétée, qui implique le mélange des particules de roche avec de l'eau et de laisser reposer le mélange. Les particules plus grossières se déposent  au fond.

Une roche d'azurite de 650 livres rapportera 65 livres de pigment de catégorie supérieure et 65 livres de pigment de la deuxième catégorie. Le reste est jeté.

"Nous produisons seulement la pureté. C'est pourquoi nous jetons les autres couleurs," dit Mr Nakagawa.

En prenant un flacon de la taille d’une bouteille de pilules, d’une poudre bleu saphir  faite d'azurite, il a évalué qu’elle est pure à plus de 99 pour cent.. Il aimerait dire 100 pour cent, mais il a admis qu’enlever tous les polluants est presque impossible.

 

 

 

Kaii-Higashiyama---Vibrant-Green-1982.jpeg

 

Parmi les clients de Nakagawa on trouve l'artiste japonais Kaii Higashiyama, qui utilise beaucoup de malachite et d’ azurite dans ses œuvres

Sa peinture "l'Écho Vert" montre un cheval blanc dans une forêt luxuriante de pins bleu-vert.

"La Marée dans l'Aube," une immense scène  océanique de platine  et d’or , a sa une place dans le palais de l'empereur au Japon.

Les artistes doivent faire attention de ne pas ingérer ou aspirer les pigments, dit il, mais "s'ils savent comment contrôler le pigment, ceux-ci sont très frais pour eux, et très nouveaux."

  Haruo Nakagawa vend des pigments à base de minéraux comme le grenat, le jade, le corail et Jasper. Les pigments sont utilisés pour faire des peintures naturelles, qui sont parfois utilisées dans la restauration d'art."

 

Reprenons la visite:

Près des batiments de la fabrique s'élèvent des montagnes de coquilles.

Les coquilles reflètent la lumière du ciel et nous sommes presqu'éblouies.

Ces coquilles produiront le gofun.

 

Uji1.jpg

 

Les coquilles resterons ainsi une dizaine d'année à l'air libre afin que se décompose toute la matière organique.

Le temps accordé à ce processus fait toute la qualité de ce pigment.

Cette coquille d'huitre est de l'espèce Itabo-gaki , on la trouve dans la mer intérieur du Japon: La mer Seto.

Enfin aux dernières nouvelles elle serait en voie de disparition, et des études pour l'élever sont en cours.

Monsieur Nakagawa ne semble pas inquiet de ce fait: il lui reste quelques dizaines d'années de stock, dit il...

La coquille du dessus est d'une qualité plus fine que la coquille inférieure.

On utilise les deux pour créer différentes qualités de gofun.

218.JPG

 

Nous découvrons les machines qui permettront dans un premier temps d'éroder les coquilles, de les broyer, et de les moudre avec des meules comme dans nos moulins à farine. Ci dessous une vieille meule en pierre qui n'est plus utilisée.

242.JPG

Uji3.jpg

Les pigments sont décantés dans plusieurs bassins. Chaque affinage produit un pigment de plus en plus fin.

Ainsi on produira différentes qualités de gofun

Uji4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pate formée sera étalée sur une planche de cyprès. L'ouvrier nous fait une démonstration et me propose d'en faire autant. Ce n'est pas compliqué il suffit de savoir faire les crèpes. Bon j'avoue, malgré mes origines bretonnes ce n'est pas mon fort et après une tentative, je préfère laisser faire le spécialiste.


Uji5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces galettes seront entreposées en extérieur afin de les laisser sécher.

Uji6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plaques de gofun sont ensuites décolées, puis stockées avant d'être réduites en poudre puis conditionnées.

 

Uji7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mr Nakagawa produit également des pigments de couleur en teintant artificiellement le gofun

Uji8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La visite est terminée, nous revenons au bureau où je fais quelques achats.

Monsieur Nakagawa me remets un catalogue et il m'offre en sus des pigments minéraux et le nouveau gofun qui ne nécessite pas d'adjonction de colle.

Prêt à l'emploi, il suffit d'y ajouter de l'eau!

Ici présenté sur le site nihonga100

Je n'aurai jamais de mots assez fort pour remercier Monsieur Nakagawa de son accueil et pour sa grande générosité qui n'a d'égal que sa simplicité.

276.JPG

 

Souvenir:

 

205275_4194430463424_1106663438_n.jpg

 

Outre les deux articles cités cidessus, vous pourrez trouver des informations sur le gofun dans le livre de yiching Chen

et en anglais dans le livre  An Illustrated Dictionary of Japanese-Style Painting Terminology

 

A suivre...

Repost 0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 08:42

 
La plupart des pinceaux Japonais traditionnels ont des manches en bambou et les poils sont des poils d'animaux tels que le mouton, la chèvre, le raton laveur, le cerf, la belette, ou encore le cheval.

Il existe de nombreux types de pinceaux pour divers usages:
Tsuketate-FUDE: pour sumi-e et calligraphie ainsi que le dessin et la mise en couleur du nihonga. C’est un excellent pinceau avec des poils élastiques et souples qui peut contenir beaucoup d'eau et peut faire des formes diverses en un seul coup.
Mensou-FUDE: pour le dessin des lignes précises ainsi que la coloration de petits détails.
Mensou-FUDE signifie " pinceau pour visage", il est souvent utilisé pour dessiner les cheveux et les parties du visage.
Sakuyou-FUDE: pour le dessin et les lignes précises.
Kumadori-FUDE: pour faire bokashi (les dégradés).
Hira-FUDE : (pinceau plat): pour la mise en couleur de grandes surfaces.


Saishiki-FUDE: pour la mise en couleurs.
Renpitsu: plusieurs brosses assemblées sur un manche servant à appliquer uniformément les couleurs sur une large zone.
Hake : (pinceau plat avec manche plat en bois).
Mizu-bake est pour l'application de l'eau sur le papier ou la soie (pour mizubari, ou étirement).
E-bake est pour l'application de couleurs



Il est difficile de trouver ces pinceaux en France.
On trouve de larges pinceaux plats dans les magasins de culture chinoise (ex You Feng) ou chez Sennelier
Ces pinceaux se distinguent des pinceaux de calligraphie car ils sont plus cours, excepté les pinceaux destinés à tracer des lignes.

Cependant certains pinceaux chinois peuvent malgré tout faire l'affaire à défaut..

Sources:
http://www.fumiyo-y.com/2008/terminology.html
L' excellente démonstration de Fumiyo au musée d'arts asiatiques de San Francisco
http://www.fumiyo-y.com/2008/demo2008atsfam.html

 

Ces pinceaux sont fragiles, ils réclament le maximum de soin.

Attention également, l'alun utilisé dans le dosa brule les poils du pinceau et diminue leur durée de vie.

Il convient d'y apporter un soin particulier et d'utiliser les pinceaux les plus ordinaire (ou usés) pour l'application du dosa.

Le mieux c'est de les laver comme montré dans cette video:


Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 15:07

 

- Iwa Enogu    Les pigments minéraux

 

 pigments minéraux


 

Connus sous le nom Iwa enogu au Japon ils sont traditionnellement utilisés dans la peinture japonaise et  classifiés en 2 sortes de pigments : naturels et synthétiques.

Les pigments naturels sont des pigments produits du broyages de minéraux ou de roches. comme le cinabre, la malachite, azurite, le lapis-lazuli, etc
La taille et l’épaisseur de chaque particule est numérotée, du plus petit ou plus grand, de la couleur la plus claire à la plus foncée. Les plus fins sont nommés
byaku. de l’aspect de la farine à l’épaisseur du sable


Ces dernières années ont vu  le déclin de l’utilisation des pigments naturels, c’est pourquoi les pigments minéraux synthétiques sont la tendance actuellement dominante sur le marché.
Les pigments Synthétiques (gosei iwa) sont produits en utilisant une méthode industrielle de vitrification  utilisée en céramique .
Les produits de base pour faire le verre et les oxydes en métal comme le cobalt ainsi que  le manganèse sont fondus à de hautes températures, ils changent de couleur dans le processus et sont  refroidis ensuite sous formes de roches.
Les roches sont alors cassées en petits morceaux et classifiées selon la taille des particules.

 

- Les pigments minéraux ne sont pas solubles dans l’eau, c’est pourquoi on les applique avec un mélange à base de colle organique (nikawa) et d’eau.
Les pigments  minéraux donnent aux peintures la lueur et la transparence de pierres précieuses. Les couleurs sont opaques, durables et relativement résistantes au temps.

 La richesse des couleurs  vient des  différentes tailles des particules et de l'inclusion de matière. Bien que la palette chromatique soit limitée, les tons chromatiques différent selon la taille des particules

Exposées à la chaleur, les couleurs s'approfondissent encore plus ; les pigments Iwa-enogu doivent être complètement secs avant d’être recouverts d’une autre couleur et il est difficile de mélanger des couleurs à cause des différences dans le poids et la taille des particules.

 

- Doro Enogu pigments  à base de terres


p10.jpg

 

 

Ce sont des pigments de terres raffinées issues des carrières d’ocre   dans les montagnes, ce sont les pigments plus couramment utilisés par les étudiants à leurs débuts.

- Suihi Enogu sont les pigments issus  de plantes ou d’insectes.

 

Les pigments se vendent en assortiments ou à l'unité.

sankichi_01-00332.jpg

 

 

En récipients de verre ou en sachets de plastique

 

sankichi_13-00058.jpg

 

 

On peut en trouver ici (Japon):

http://www.yumegazai.com/

ou ici (Allemagne):

http://www.kremer-pigmente.com/

et bientôt en France...

Pour avoir une version française (même approximative), n'hésitez pas à utiliser

http://translate.google.fr/#

Il suffit de mettre le lien dans l'espace prévu à cet effet et choisir la langue.





Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 19:43

Matériaux

La colle :

Fabriquée à partir d’une gélatine qui provient de la peau et des os d’animaux et des cartilages de poissons. (Nikawa)

Préparation : 200 ml d’eau froide + une baguette de colle (15g).

Laisser reposer pendant une nuit. Faire réchauffer avant utilisation (moins de 70°C) Ne jamais bouillir !!

Conservation : au réfrigérateur, une semaine maximum.

 

Le papier :

Composé de fibres longues et résistantes. Les couleurs des minéraux, qui ont un grain

Epais, peuvent s’y fixer plus facilement.

Apprêter le papier : différentes qualités de papier existent, plus ou moins absorbantes ;

Un mélange d’alun, de colle et d’eau peut également être appliqué pour réduire

 l’absorption

C’est également efficace :

-         Contre le vieillissement du papier

-         Contre la diffusion de la couleur

-         Contre le ternissement des couleurs

-         Contre les parasites

(200 ml d’eau + 15g de colle) + 2,5 g d’alun + 200 ml d’eau

- 1 ère couche sur le coté lisse du papier

- 2 ème couche rajouter au restant de colle son équivalant d’eau sur le coté matiéré du papier.

 



Les pigments

Fabriqués à partir de matériaux naturels, d’ossements d’animaux ou de végétaux :

-         le bleu : L’azurite, une substance minérale

-         Le blanc : coquillages concassés

-         Le vert-de-gris : La malachite, minéral de cuivre translucide de couleur verte, vert jaune à vert noir.

nb : Plus le pigments est pilé (fin) plus il est clair.

Feuilles de métaux (feuilles d’or, feuille d’argent, feuille de cuivre etc.…)

Repost 0

Présentation

  • : Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • : Blog qui présente mes recherches autour de la peinture japonaise, nihonga et etegami
  • Contact

Initiations au nihonga

Contenu et prochaines dates

contact:
06 09 39 07 42
Ateliers: Agora 18 Rue Aristide Briand Issy les Moulineaux

pigmentsetarts@yahoo.fr

Pages