Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 12:33

 

 

chat-copie-1.jpgL'impermanence des choses, c'est l'apparition, le passage et la transformation des choses ou la disparition des choses qui ont commencé à être ou qui ont apparu. Cela signifie que ces choses ne persistent jamais de la même façon, mais qu'elles disparaissent et se dissolvent d'un moment à l'autre

(visuddhimagga)


J'ai connu Kamiyama Haruka sur internet, avant de partir au Japon, puis je l'ai retrouvé dans la vision des paysages pendant notre voyage au cours de nos balades surtout dans le Kyushu.

Il décrit ainsi son travail:

"Autour de ma vie.
Les artefacts retournent un jour à la terre.
Les plantes et les animaux vivent là..
Je veux peindre  l'air... les odeurs .."

 

Kaminayama Harika décrit un monde dans lequel les humains sont absents, mais dont peut voir encore les vestiges.

Le temps, complice avec la nature s'est joué de ces attributs du monde moderne. Le bruissement des ailes de papillons et des criquets a remplacé le bruit des moteurs.

 

 

 

  Le chat de Béa à Nagoya 

 

835.JPG

                     Saga Ogi

824.JPG

 

727-copie-1.JPG

 

Ma première idée en voyant cette grenouille a été "Oh mais qui a eu l'idée de poser ce jouet ici?!"

 

 

 

301362_2556215467273_495383809_n.jpg

 

205818_1063924720937_8541_n.jpg

 

 

 

430864_3254227997150_1222309278_n.jpg

 

576112_3857072147877_1974358610_n.jpg

 

395101_4939651171676_341559716_n.jpg

 

541352_3857014426434_1390136094_n.jpg

 

600282_4215112738668_1545395048_n.jpg

 

166822_1773828708093_2516041_n.jpg

 

316360_2539912579711_568061282_n.jpg

385572_3524107743975_1442448523_n.jpg

 

543013_3888811261335_810516866_n.jpg

 

255362_4355380365271_1559620687_n.jpg

Repost 0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 12:31

Autour de l'automne, l'inspiration ne manque pas. Les feuilles nous offrent des tarashikomi naturels dans une fusion de couleurs.

J'ai rêvé de la balade en images que nous a offert  Yoichi Araki dans les montagnes environnantes de Kochi.

317184_431228336936596_1721156641_n.jpg

 

Puis j'ai fait durer en partageant le plaisir lors de petits ateliers.

 

Desktop2.jpg

Lors d'une manifestation éco citoyenne organisée par l'association Pikpik,

J'ai exploré d'autres supports avec les écorces et les etegamis.


Desktop3.jpg

 

Une joie de partager avec des personnes de tous âges et de toutes origines.

L'etegami est la peinture-message : une illustration peinte à la main accompagnée par des mots sur des cartes qui dépeignent souvent des sujets de la vie quotidienne, particulièrement ceux qui reflètent le changement des saisons.

L'équipement pour etegami traditionnel inclut d'habitude le papier washi absorbant les pinceaux à encre de longueurs et épaisseurs diverses, l'encre de sumi des peintures de gansai un sceau pour terminer le travail.
La tradition veut qu'on les envoie à son entourage à toutes occasions.

J'ai bien envie de renouveler l'experience, avis aux amateurs!!!

A propos d'etegami je vous recommande cette excellente série de vidéos:

 


 

 

 

 

Avant ou après une belle balade forêt vous permettra de faire de jolies rencontres, ici en forêt de Meudon sur un des étangs.

 

 

 

 

 Ensuite, rentrés chez vous avec quelques unes de vos trouvailles vous pourrez prolonger le plaisir:

Cuisiner avec les chataignes

La recette des kurikinton

942.jpg

  • 300g de châtaignes épluchées
  • 80g de sucre
    (1 cuillère à soupe d'eau)

Cuire les châtaignes dans une machine à vapeur pendant 1 h, puis les écraser ou les mixer après les avoir épluchées.

Mettre la préparation de châtaignes dans une casserole, ajouter le sucre (et l'eau) et chauffer en pétrissant sans arrêt, à feu doux, jusqu'à temps d'obtenir une pâte.

Une fois cette pâte obtenue, la sortir de la casserole et la laisser refroidir.

Tordre 2 cuillères de pâte dans une serviette afin de leur donner la forme et les plis observés sur les châtaignes.

La recette vient de Japan Digest

Vous aurez certainement fait bien d'autres trouvailles en forêt, laissez aller votre imagination!!

 

 

-5abef.jpg

  cliquer sur l'image pour en trouver l'auteur

 

 

 


Repost 0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 20:52

 

Living-in-Aging-2010--04-1-copie-2.jpg

 

Peintre nihonga ,Yuko Imai est une jeune femme de 25 ans qui m'a émue avec les portraits de sa grand mère, qu'elle exposait à Kyoto.

Sa vision en dehors des codes de représentation politiquement corrects, témoigne de la réalité des sentiments et de l'ambivalence des émotions.

L'ambivalence se manifeste dans les multiples aspects que prend la repésentation,  douce, humble, mutine , mais aussi vampire ou ogresse.

Une réalité d'aujourd'hui dans un style de peinture  dont on peut sentir les sources ancestrales.

Je laisse la parole à Yuko Imai:

 

 

298689_242472052462293_753413_n-copie-2.jpg


Quand les gens vieillissent, cela ne se passe pas simplement. Parfois, ils expriment une indomptable  vitalité .
En faisant face à la perte menaçante, leur vitalité est écorchée vive, s'accrochant désespérément à la vie.
J' ai senti ceci en passant du temps avec ma grand-mère, observant sa vie comme elle se tenait debout face à  sa fin imminente.
En peignant et en regardant "la vieillesse," et en découvrant  par des essais et erreurs ce qu'est  "la vie" , je me rends compte que je suis aussi destinée à être profondément fascinée par le processus de la vie et de la mort.
La vitalité de ces gens  s'exprime à travers leurs rides, la profondeur de leurs pupilles, aussi bien que dans la finesse du bout de leurs doigts.
Comme quelqu'un qui vit dans mon époque, et aujourd'hui, j'espère développer mon travail pour poursuivre l'essence réelle des gens que je rencontre.

 
Living-in-Aging-2010--02-1.jpg


Quand j'étais  enfant ma grand-mère a fait une dépression nerveuse après avoir perdu son mari, mon grand-père.
Pendant les six dernières années, elle n'a pas "vécu", à part pour manger et dormir . Elle  vit
maintenant seulement par sa propre ténacité.
Sa seule raison d'être est son attachement à son corps mortel. Peu importe qu'elle se transforme de l'intérieur, elle tient à rester en vie, et seulement ne pas mourir.


390529_459196994123130_769194312_n-copie-1.jpg Elle montre  son désir de ne satisfaire personne d'autre qu'elle-même.

En jetant un regard froid à d'autres et ensuite un sourire compatissant à sa petite fille, elle exprime un mélange d'émotions sous jacentes qui sont continuellement mélées et en conflit entre elles.
Le miroir cassé dans mon travail symbolise un écroulement dans sa rationalité et son incapacité à se connecter et se relier avec la société.
Bien que je l'aime comme ma grand-mère, le miroir cassé signifie aussi mes sensations de ressentiment envers elle.

Living-in-Aging-2010--05-copie-1.jpg


Living-in-Aging-2010--06-copie-2.jpg

Le thème, "Vivre En Vieillissant", interroge sur ce que cela signifie de vivre une vie.
Récemment, le Japon est devenu un pays vieillissant et une tendance des personnes âgées à s'occuper des autres personnes âgées a augmenté;
  à mon avis, la question de la mort éclipse maintenant nos pensées sur la façon de vivre.

Cependant, les événements après le Tremblement de terre récent dans la région de  Tohoku,  nous ont montré  la puissance de la vitalité humaine.
Je crois qu' en s'interrogeant  et en pensant à la vie et à notre existence, nous créerons  un nouveau sens des valeurs autour de l'humanisme.

Yuko Imai


 

Living-in-Aging-2011--03.jpg

Repost 0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 08:22

Nous avons rendu visite à Mr Nakagawa, qui nous a très généreusement proposé de visiter sa fabrique de pigments et de nous accompagner au temple Ujigami et Byodo-en, deux sanctuaires inscrits au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

281Mr Nakagawa nous a d'abord  reçu dans son bureau, dans lequel on peut découvrir sur des étagères tous les pigments qui ont fait le bonheur des peintres nihonga depuis des décénies.

Monsieur Nakagawa parle très bien l'anglais en tous cas mieux que moi.

Je lui ai expliqué que nous étions un certain nombre à rêver trouver ses pigments en France, c'est pourquoi j'ai fait la démarche de les faire connaitre à des distributeurs tels que Laverdure, ou Sennelier.

Monsieur Nakagawa s'étonne presque que des occidentaux s'intéressent à ses produits. Dernièrement il a même eu la visite d'un journal allemand! Le journal Mare. Il faut dire que Kremer, distributeur allemand des pigments Nakagawa , en fin connaisseur de la beauté et de la qualité des pigments a su faire partager ces précieux produits sans peur de la concurrence alors qu'il produit par ailleurs lui même aussi ses pigments..

Les mystères du commerce font que les distributeurs français qui revendent par exemple du gofun, préfèrent le commander à Kremer plutôt que directement à Mr Nakagawa, multipliant ainsi par 3 ou 4 le prix d'origine. Allez comprendre...

J'ai appris ainsi que les pigments que Monsieur Nakagawa fournit à l'entreprise Kremer, sont conçus spécialement pour l'exportation, et répondent aux normes de sécurité européennes, ils sont donc exempts de toxicité.

Attention donc pour ceux qui achètent leur pigments au Japon, qui n'applique pas ces normes, de bien faire attention à certains pigments en particulier le vermillon naturel.

Sur les murs de son bureau sont accrochés des petits tableaux que l'on peut trouver en kit dans le commerce. En effet, dans sa volonté d'offrir au plus grand nombre la possibilité de gouter au nihonga, Mr Nakagawa a créé des kits pour créer de petits tableaux, composés d'un motif, de pigments minéraux, de pinceaux et de supports préparés: http://www.eokaku.com/japanese/02/japanese01.html

 

 

 

 

 

Uji2.

Je reprends ci-dessous un article très complet:

http://tucsoncitizen.com/morgue2/1999/02/12/166974-now-that-s-earth-tones/

L'entreprise familiale de Mr Nakagawa a démarré il y a plus de  100 ans, avec son arrière grand père.

 

Mr Nakagawa, raconte que son arrière-grand-père a commencé à travailler  avec le gofun, le pigment blanc tiré de coquilles d'huître moulues.

Le Gofun, aussi appelé blanc de coquillage, a remplacé le  blanc dans le maquillage du visage après que l’on découvrit que le blanc de plomb était toxique.

 

Les couches poncées et polies d'une laque de gofun opaque sont ce qui donne leur surface blanche lisse, luminescente  et soyeuse aux poupées japonaises traditionnelles.

Le Gofun est aussi nutritif et peut être mangé mélangé avec des haricots blancs et du sel.

 

 

271.JPG

 

 

 

 

Après la Deuxième Guerre mondiale, le père de Mr Nakagawa a commencé à travailler avec des minéraux.

Azurite et malachite ont traditionnellement été utilisées dans la fabrication de pigments minéraux, mais Nakagawa Gofun Enogu Co. Ltd. Travaille maintenant avec 40 minéraux différents pour tirer 400 couleurs, avec des nuances basées sur la taille des grains.

La gamme de pigment Azurite s'étend d'une fine poudre de talc bleu pâle à un bleu roi brillant aux grains d’une taille 25 fois plus gros.

La société de Nakagawa, qui fait aussi des pigments synthétiques, réalise la gamme de couleur au cours d’un processus qui prend deux ans.

Un morceau de 650 livres d'azurite, par exemple, est d'abord cassé en morceaux plus petits, qui sont alors séparées par  couleur ou nuances de couleur. Le processus est répété plusieurs fois, les morceaux  de plus en  plus petits sont écrasés et séparés.

 

Une nouvelle séparation est faite par lévigation répétée, qui implique le mélange des particules de roche avec de l'eau et de laisser reposer le mélange. Les particules plus grossières se déposent  au fond.

Une roche d'azurite de 650 livres rapportera 65 livres de pigment de catégorie supérieure et 65 livres de pigment de la deuxième catégorie. Le reste est jeté.

"Nous produisons seulement la pureté. C'est pourquoi nous jetons les autres couleurs," dit Mr Nakagawa.

En prenant un flacon de la taille d’une bouteille de pilules, d’une poudre bleu saphir  faite d'azurite, il a évalué qu’elle est pure à plus de 99 pour cent.. Il aimerait dire 100 pour cent, mais il a admis qu’enlever tous les polluants est presque impossible.

 

 

 

Kaii-Higashiyama---Vibrant-Green-1982.jpeg

 

Parmi les clients de Nakagawa on trouve l'artiste japonais Kaii Higashiyama, qui utilise beaucoup de malachite et d’ azurite dans ses œuvres

Sa peinture "l'Écho Vert" montre un cheval blanc dans une forêt luxuriante de pins bleu-vert.

"La Marée dans l'Aube," une immense scène  océanique de platine  et d’or , a sa une place dans le palais de l'empereur au Japon.

Les artistes doivent faire attention de ne pas ingérer ou aspirer les pigments, dit il, mais "s'ils savent comment contrôler le pigment, ceux-ci sont très frais pour eux, et très nouveaux."

  Haruo Nakagawa vend des pigments à base de minéraux comme le grenat, le jade, le corail et Jasper. Les pigments sont utilisés pour faire des peintures naturelles, qui sont parfois utilisées dans la restauration d'art."

 

Reprenons la visite:

Près des batiments de la fabrique s'élèvent des montagnes de coquilles.

Les coquilles reflètent la lumière du ciel et nous sommes presqu'éblouies.

Ces coquilles produiront le gofun.

 

Uji1.jpg

 

Les coquilles resterons ainsi une dizaine d'année à l'air libre afin que se décompose toute la matière organique.

Le temps accordé à ce processus fait toute la qualité de ce pigment.

Cette coquille d'huitre est de l'espèce Itabo-gaki , on la trouve dans la mer intérieur du Japon: La mer Seto.

Enfin aux dernières nouvelles elle serait en voie de disparition, et des études pour l'élever sont en cours.

Monsieur Nakagawa ne semble pas inquiet de ce fait: il lui reste quelques dizaines d'années de stock, dit il...

La coquille du dessus est d'une qualité plus fine que la coquille inférieure.

On utilise les deux pour créer différentes qualités de gofun.

218.JPG

 

Nous découvrons les machines qui permettront dans un premier temps d'éroder les coquilles, de les broyer, et de les moudre avec des meules comme dans nos moulins à farine. Ci dessous une vieille meule en pierre qui n'est plus utilisée.

242.JPG

Uji3.jpg

Les pigments sont décantés dans plusieurs bassins. Chaque affinage produit un pigment de plus en plus fin.

Ainsi on produira différentes qualités de gofun

Uji4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pate formée sera étalée sur une planche de cyprès. L'ouvrier nous fait une démonstration et me propose d'en faire autant. Ce n'est pas compliqué il suffit de savoir faire les crèpes. Bon j'avoue, malgré mes origines bretonnes ce n'est pas mon fort et après une tentative, je préfère laisser faire le spécialiste.


Uji5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces galettes seront entreposées en extérieur afin de les laisser sécher.

Uji6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plaques de gofun sont ensuites décolées, puis stockées avant d'être réduites en poudre puis conditionnées.

 

Uji7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mr Nakagawa produit également des pigments de couleur en teintant artificiellement le gofun

Uji8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La visite est terminée, nous revenons au bureau où je fais quelques achats.

Monsieur Nakagawa me remets un catalogue et il m'offre en sus des pigments minéraux et le nouveau gofun qui ne nécessite pas d'adjonction de colle.

Prêt à l'emploi, il suffit d'y ajouter de l'eau!

Ici présenté sur le site nihonga100

Je n'aurai jamais de mots assez fort pour remercier Monsieur Nakagawa de son accueil et pour sa grande générosité qui n'a d'égal que sa simplicité.

276.JPG

 

Souvenir:

 

205275_4194430463424_1106663438_n.jpg

 

Outre les deux articles cités cidessus, vous pourrez trouver des informations sur le gofun dans le livre de yiching Chen

et en anglais dans le livre  An Illustrated Dictionary of Japanese-Style Painting Terminology

 

A suivre...

Repost 0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 07:32
vale
Repost 0
Eg pigmentsetarts
commenter cet article
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 20:29

 

Après quelques kilomètres dans les montagnes brumeuses de la préfecture d'Okayama, Monsieur Moriyama nous a conduites ma fille et moi jusqu'à sa maison, pour visiter son atelier.

 

Un atelier vaste et lumineux dans lequel était entreposée une oeuvre commandée par la chaine NHK dans le cadre d'une émission dont le sujet était une étude de la vague noire du paravent aux Pruniers blanc et rose de Korin Ogata  


 

522965_3985307635484_1787070383_n.jpg 

Quelques semaines auparavant une amie japonaise m'avait procuré le DVD de cette émission sur laquelle on voit Monsieur Moriyama reproduire cette oeuvre après que des recherches aient été effectuées par des scientifiques pour percer les mystères de la réalisation cette vague. Il en parle ici.

Je reviendrai plus tard sur ce sujet.

Surprenant de modernité pour notre regard d'occidental, ce peintre contemporain du 17 ème siècle de l'ère Edo, propose  dans cette composition un contraste étonnant entre la stylisation du flot et le réalisme des arbres.

Après cette expérience, Monsieur Moriyama a créé plusieurs oeuvres inspirées par le procédé qu'à utilisé Korin Ogata ici.

 

149453 3985316315701 837891641 n

Monsieur Moriyama nous a montré la composition de la malette de travail qu'il utilise pour certains de ses stages .

 

 

 

578104_3985329156022_435263223_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des pigments suihi,

Des pigments Iwa enogu (minéraux),

Des pinceaux (fude).

Du gofun (blanc à base de coquille d'huitre)

Des batons de bo enogu (pigments en batons)

La pierre à encre
Le sumi (encre)
La cochenille (à l'origine du carmin)   

 

579347_3985326355952_1145131036_n.jpg

 

 

Monsieur Moriyama nous a fait une petite démonstration sur la peinture de pétales

 

 

 

 

 

 

 

 

148783_3985324795913_1236115930_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La voie traditionnelle:
Peindre lentement pour laisser le temps au pigment de s
e déposer.
Faire de l'eau son allié.
Faire du pinceau son allié
Le résultat est dans le volume.
Même pour une ligne.

 

 

 

 

 

Monsieur Moriyama enseigne dans une école d'Art à Okayama, ainsi que dans d'autres lieux comme des musées ou cette maison de quartier que nous avons ensuite visitée. Il y donne des cours 2 fois par mois à un public d'amateurs avisés.

Chacun a son propre matériel, pigments suihi et minéraux.



 

 

Les élèves rapportent chacun le travail qu'ils ont avancé chez eux, le professeur commente.

 


 

L'élève décalque à l'encre avec un papier fin.

 


 

Cet élève a choisi de reproduire un oiseau de Uemura. Chaque plume est retravaillée en dégradé.

 

 

540312_3985437078720_1615820037_n.jpg

542153_3985435598683_1135152261_n.jpg   523705_3985677644734_933717544_n.jpg

535757_3985442638859_662985007_n.jpg

 

Les architectures comme souvent attirent plus les hommes.

Ici un pigment minéral vert a été chauffé pour l'assombrir et finaliser les ombres des feuillages. Les galets sont traités en relief. (Moriyage)


 

Nous sommes époustouflées par la gentillesse de leur accueil, il nous remercient d'être venues de si loin.

 

Monsieur Moriyama partage son expérience  et vous tient au courant de l'actualité artistique sur son site

Ses dernières news nous proposent une retrospective sur l'oeuvre de Kayo Yamaguchi 山口華楊 au musée municipal de Kasaoka (préfecture d'Okayama) jusqu'au 21 octobre. L'exposition partira ensuite à Kyoto.

 

Précédemment

Repost 0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 11:35

A l'initiative de Petit Page, une Japophile esthète et amatrice  de bonne Chair,  et dont on apprécie aussi le petits ateliers de bricolage, j'ai exposé mes tableaux et partagé ma passion du nihonga à travers un petit atelier au Recantou, à Toulouse.

P1250915.JPG

P1250914

 

Quelques pinceaux, des supports préparés, des pigments et de la colle nikawa et c'est parti!

965TOGQJ.jpg

 

 

Au Recantou tous les sens sont en éveil!!

On a mélangé les pigments suihi à la colle animale nikawa avec les doigts.

On a découvert ensemble la technique "Tarashikomi"

965TOGQJ1.jpg

 

 

P1250979.JPG

 

  Je crois que ce petit atelier (d'une durée de 2h) à plu aux participantes.

J'étais là aussi pour exposer mes tableaux.

 

toulouse-5103-copie-1.JPGComme vous l'avez compris, le Recantou c'est aussi une épicerie!


Le Recantou est une « autre » épicerie gérée par l'association l'Après dont l'un des  buts est de  relocaliser l’économie induisant l’évolution de nos pratiques de consommation alimentaires, en tissant des liens avec les producteurs locaux de produits naturels (pas exclusivement bio) et amoureux de leur métier.

C'est aussi  un « autre » bar : lieu d’échanges dont la vocation n’est pas commerciale mais sociale, avec une presse disponible, des informations sur les différentes associations partenaires ou proches, des rendez-vous et une possibilité de tenues de réunions.

 

Le Recantou, 42 rue des 7 troubadours, 31000 Toulouse

Repost 0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:52
cosy
Repost 0
Eg pigmentsetarts
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:52
cerisier
Repost 0
Eg pigmentsetarts
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 16:52
Priscilla Kevin et Hiroko
Repost 0
Eg pigmentsetarts
commenter cet article

Présentation

  • : Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • Peinture japonaise - Nihonga - Etegami
  • : Blog qui présente mes recherches autour de la peinture japonaise, nihonga et etegami
  • Contact

Initiations au nihonga

Contenu et prochaines dates

contact:
06 09 39 07 42
Ateliers: Agora 18 Rue Aristide Briand Issy les Moulineaux

pigmentsetarts@yahoo.fr

Pages